Le maître : Une parabole à la manière d’Oscar Wilde

Le maître : Une parabole à la

manière d’Oscar Wilde

Claude Lamontage

2003 3M Teaching Fellow

Quand Socrate fut mort, ses proches se lamentèrent tant et tant de sa disparition
qu’ils finirent par manquer de. mots pour dire leur irifinie tristesse et
implorèrent les jeunes que le maître avait formés de leur en enseigner de nouveaux.

ous n’en avons pas assez nous-même pour lui rendre l’éloge funèbre
que sa grandeur réclame,” répondirent-ils à l’unisson!

“Bien sûr,” reprirent les proches, d’une voix étreinte par l’émotion,
“comment n’auriez-vous pas adoré Socrate’? Sa connaissance était si
grande!”

“L’était-elle’?” demandèrent les jeunes.

“Qui mieux que vous le saurait’? N’a-t-il pas passé sa vie à tenter de vous
inculquer cette connaissance sans bornes dont il disposait!” s’exclamèrent les
proches.

“Si nous l’aimions,” répondirent les jeunes, “c’est que lorsqu’il nous parlait,
c’était du surprenant déploiement de notre propre pensée qu’il nous
inondait.”