Dans les coulisses du comité de sélection

Dans les coulisses du comité de sélection

Aline Germain-Rutherford
Membre du comité de sélection, 2001-2004

PREMIERS CONTACTS

ix-huit heures, à peine descendue du train en provenance d’Ottawa, je me précipite à l’hôtel où je vais faire la connaissance des autres membres du comité de sélection. Je suis à la fois curieuse et anxieuse. Seraije à la hauteur de la tâche? “Ai-je bien assez lu, relu, et re-relu les vingt-six dossiers qui m’ont été envoyés il y a trois semaines? Mais comment expliquer, sans passer pour une demeurée dépourvue de tout sens critique, que j’ai trouvé tous les dossiers fabuleux et que selon moi ils méritent tous le prix? Je me rassure en me disant que je dispose encore de toute la soirée pour me replonger dans les dossiers et affiner mes commentaires. Illusion! Je n’ai pas encore reçu les clefs de ma chambre qu’Arshad Ahmad, en organisateur soucieux de garder tous les membres de son comité occupés, me lance en m’apercevant à la réception: “Rendez-vous avec les autres dans le hall d’entrée dans cinq minutes!” Et c’est ainsi que s’annonce le rythme, effréné, du week-end de sélection.

LA “DURE” RÉALITÉ DE LA TÂCHE!

Arshad nous ouvre la porte de la salle qui sera notre refuge-prison pendant deux jours: pas de fenêtres, une longue table de bois clair, et des chaises qui, très vite, nous sembleront aussi dures que de la pierre pour le postérieur. Mais qu’importe, nous débordons d’énergie pour discuter des dossiers de ces merveilleux professeurs, leaders du monde de l’enseignement supérieur! “Et d’ailleurs, me dis-je, un dîner dans l’un de ces excellents restaurants montréalais nous récompensera bien de la peine que nous nous donnons pour commenter en détail les premiers dossiers.” Autre illusion perdue! Vers 21 heures, alors qu’il est désormais impossible à quiconque, même pas à notre “gentil organisateur,” d’ignorer la cacophonie des estomacs qui crient famine, Arshad annonce calmement: “Je descends commander des pizzas. Végétariennes? Double fromage? Café? Thé? Coca? Surtout ne vous en faites pas, je m’occupe de tout, vous pourrez continuer à travailler en mangeant!”

MAIS TOUT N’EST PAS NOIR …

… dans la vie des membres du comité de sélection. Découvrir au fil des pages la générosité, l’engagement et la passion des professeurs nominés ne peut que nous ressourcer et nous remplir d’optimisme au sujet de cette merveilleuse carrière. La lecture des lettres de soutien des étudiants nous offre maints témoignages concernant la profonde influence qu’un enseignant exemplaire peut avoir dans la vie de nombreux étudiants. L’ingénuité et la justesse des stratégies et des outils pédagogiques décrits dans les dossiers sont en soi une formation inoubliable pour l’enseignante que je suis et la conseillère pédagogique que je suis devenue.

Il y a aussi cette amitié et cette merveilleuse complicité qui se développent entre les membres du comité tout au long de ces deux journées de travail intensif, ponctuées de nombreuses discussions passionnées!

ARSHAD A ENFIN COMPRIS!

Surprise! Lors du moment fatidique où Arshad annonce le menu: “Végétariennes? Double fromage? Café? Thé? Coca?”, il ajoute: “Un verre de vin rouge?” Eurêka! Deux ans de pressions, discrètes mais fermes, ont enfin réussi! Le comité a droit, au terme de la première soirée de travail, à un verre de vin pour le récompenser de ses efforts! Nous bénéficierons même d’une visite rapide à la Galerie d’art de Montréal le lendemain midi.

LES CHOIX SONT FAITS!

C’est avec une énergie renouvelée que nous attaquons la dernière journée de travail qui comporte la rédaction des textes portant sur les dix récipiendaires 3M de l’année. C’est une tâche longue et difficile, car comment résumer en quelques phrases percutantes, les réalisations de toute une carrière? Chacun est mis à contribution, qui pour son talent à faire des métaphores, qui pour sa concision, qui pour ses dispositions poétiques.

Une discussion sur la préparation et le déroulement de la cérémonie de remise des prix au prochain congrès annuel de la SAPES vient traditionnellement clore ce week-end de travail, nous plongeant à l’avance dans l’excitation du moment. Nous sommes maintenant tous impatients de connaître, en chair et en os, ces mystérieux candidats dont les dossiers n’ont pourtant plus aucun secret pour nous!

Une expérience sans pareille!

Mon arrivée dans le monde des formateurs en pédagogie universitaire s’est faite très tard, et presque par hasard, après plus de vingt ans comme professeure d’université. Quant à ma découverte de la merveilleuse communauté des professeurs 3M, elle s’est faite, elle aussi, très tard alors que je venais tout juste de prendre mes fonctions de directrice du Centre de pédagogie universitaire de l’Université d’Ottawa. Je ne remercierai jamais assez Arshad Ahmad, coordonnateur du prix 3M, et tous les membres du comité de sélection avec qui j’ai travaillé ces trois dernières années, pour m’avoir permis de partager avec eux des moments précieux lors des discussions passionnantes que nous avons eues sur la pédagogie universitaire, sur notre rôle d’enseignant et sur l’avenir de notre profession. C’est en grande partie à eux, et aux nombreux professeurs nominés dont j’ai eu l’honneur de lire les dossiers, que je dois ma formation et mon intégration dans le monde de la pédagogie universitaire. C’est une expérience que je souhaite à tout nouveau professeur et conseiller pédagogique: il n’y a pas meilleure école que le dialogue, même par dossier interposé, avec ces praticiens et ces leaders exemplaires!